SCPI et bulle spéculative : la crainte est-elle fondée ?

Les résultats des SCPI sont au beau fixe. Avec une collecte nette chiffrée à 2,3 milliards d’euros au 1er trimestre 2017 et une capitalisation passant le cap des 40 milliards d’euros, les SCPI apparaissent sous leurs meilleurs jours et surpassent carrément les placements tant appréciés des Français dont l’assurance-vie et le livret A.

Mais si cette ardeur étant perçue comme un avantage pour les acteurs du secteur, n’est pas vue d’un bon œil par certains observateurs qui redouteraient la formation prochaine d’une bulle. La question est donc : Faut-il réellement craindre une bulle spéculative du côté des SCPI ?

Bulle des SCPI entraînée par une collecte vigoureuse ?

L’attrait des investisseurs pour la pierre papier s’accentue au fil des jours. Grâce à l’exploit des sociétés civiles de placement immobilier au début de l’année, l’embellie du secteur immobilier se confirme de plus belle. Pour preuve, les chiffres réalisés s’affichent à un niveau jamais atteint.

Le progrès est imposant avec un volume de transactions qui a quasiment doublé en un an.

Si l’on avait enregistré une collecte nette de 1 milliard d’euro au 1 er trimestre 2016, cette dernière est passée à 2,3 milliards d’euros un an après et sur un seul trimestre. Le record de 1,5 milliards d’euros rapporté au dernier trimestre 2016 est donc largement dépassé. La capitalisation pour sa part a évolué très favorablement totalisant à fin juin 2017 un montant de 43,250 milliards d’euros. Quant au rendement, la valeur actuelle (4,65%) se situe dans l’intervalle idéal (entre 4% et 5%) comme cela a toujours été le cas.

Les SCPI frôlent la perfection à en croire. Pour les investisseurs, il y a de quoi mettre l’eau à la bouche. Mais cette réalité pourrait selon les professionnels du secteur, dissimuler des circonstances antinomiques qu’il convient de justifier à travers des observations pertinentes. La formation d’une bulle prend effectivement tout son sens lorsque le volume d’opérations est boosté de manière exagérée. Alors que les conditions sur le marché peinent à suivre cette évolution démesurée.

Des événements divers qui pourraient concourir à la formation d’une bulle spéculative

Si on observe ce qui se passe actuellement sur le marché, la demande en immobilier d’entreprise est continuellement en croissance due notamment à la hausse de la demande en Île-de-France (+4% au 1er semestre 2017). A ce rythme, le niveau d’offre ne parvient plus à satisfaire la demande réelle.

Cela pourrait éventuellement avoir des retombées sur les SCPI qui verront inévitablement leur qualité s’amoindrir.

D’autre part, les anticipations de prix exagérées et les taux d’intérêt faibles inciteront les investisseurs à souscrire davantage. Ce qui dans les circonstances inverses pourraient être fortement pénalisant (poids de la dette).

Les SCPI face à cette suspicion

Il est vrai que sur un marché peu porteur, les SCPI pourront affaiblir leur rendement dans la mesure où la collecte continue à évoluer en hausse. De plus avec la régression des projets immobiliers, l’augmentation du prix de l’immobilier et la stagnation des loyers, les indicateurs actuels ne sont pas des plus favorables pour les sociétés de placement. Le cycle du marché est d’autant plus imprévisible.

Et une chute de la valeur des actifs ou une augmentation de taux pourraient causer de sérieux problèmes aux investisseurs. Heureusement, les différentes SCPI commercialisées sur le marché assoient leurs activités sur une politique patrimoniale et des stratégies solides qui anticipent tout retournement de marché.

Par ailleurs, la diversification de biens qu’elles offrent permet de mutualiser les risques liés à l’investissement locatif. Enfin, les épargnants ne devraient pas s’alarmer au sujet des taux d’autant plus que l’augmentation n’est pas encore prévue pour cette année.